• LAON

    J'ai la chance d'habiter pas loin de plusieurs autres départements,

    sans passer par la case VILLE !!!

    si je vais de temps en temps faire des promenades dans la marne, du côté de Reims ...

    ou dans l'Oise, comme la semaine dernière.

    Je connais moins l'Aisne.

     

    C'est pour cela que nous sommes partis faire une petite excursion dans la jolie ville historique de LAON, environ 100 km de chez moi,

    par une belle campagne vallonnée et par une chaude journée d'été.

     

     

    Ci dessous quelques informations historiques que j'ai pu trouver ...

    Les moments clefs

    L’occupation de la ville haute ne débute qu’avec l’époque gallo-romaine, vers les années 40 à 30 avant Jésus-Christ. Laon n’était pas un chef-lieu de cité à l’époque romaine mais Saint-Rémi de Reims en fit un évêché au tout début du VIe siècle.

    Site défensif reconnu, la ville devient un enjeu stratégique important dès le haut Moyen-Age. Résidence privilégiée des derniers rois carolingiens, ceux-ci y trouvent un refuge dans leur lutte contre les précurseurs des Capétiens.

    Bien que moins fréquentée par les souverains de la nouvelle dynastie, ces derniers n’en continuent pas moins à surveiller de près la cité. Ainsi, Louis VI vient châtier les acteurs de l’insurrection communale de 1112, révolte au cours de laquelle l’évêque est tué par les bourgeois de la ville.

    Endommagée par un incendie, la Cathédrale carolingienne est remplacée par une construction gothique à partir de 1150. La ville atteint alors son apogée.

    Ceinte de puissants remparts, Laon abrite, outre la cathédrale et son quartier canonial, trois grandes abbayes, seize églises paroissiales, deux commanderies, mais aussi le Palais Royal implanté au centre de l’isthme formé par le plateau. Les faubourgs implantés en ville basse ont surtout une activité agricole, fortement tournée vers la production du vin.

    Le pays subit les ravages de la Guerre de Cent Ans, pendant laquelle les Anglais incendient l’Abbaye Saint-Vincent (1359). La Renaissance y apporte son souffle, dont témoignent quelques édifices.

    Les Temps Modernes voient cependant se confirmer un certain déclin amorcé dès la fin du Moyen Age. À la fin du XVIe siècle, la ville paie son attachement à la Ligue, opposée à l’avènement de Henri IV au trône. Le roi, vainqueur, n’hésitant pas à faire raser tout un quartier, ordonne en effet l’édification d’une citadelle pour punir et mieux surveiller les habitants.

    De nombreux monuments sont construits ou remaniés aux XVIIe et XVIIIe siècles, comme le cloître et les bâtiments de l’abbaye Saint-Martin. Plusieurs établissements religieux changent d’affectation lors de la Révolution. L’ancienne Abbaye Saint-Jean accueille ainsi la préfecture du nouveau département de l’Aisne.

    La ville se modernise au XIXe siècle. Le chemin de fer s’y implante en 1857, et ses vocations scolaire et militaire sont renforcées par la construction de nouveaux bâtiments.

    Très touchée par les occupations de 1870 et de la première guerre mondiale, les bombardements de 1944 causent aussi d’importants dégâts. Néanmoins, le cœur historique reste relativement préservé des destructions.

    C’est surtout dans l’après-guerre que les faubourgs se développent et que de nouveaux quartiers sont créés. Ces faubourgs concentrent aujourd’hui la majorité des presque trente mille habitants de la ville et des activités économiques.

     

     

    LAON

     

     

    La ville historique se trouve en haut d'une colline,

    c'est une superbe ville fortifiée remplie d'histoire ...

     

    Il faut souligné, car ce n'est pas toujours le cas,

    nous pouvons circuler facilement dans cette ville en voiture,

    Mais, nous avons préféré dans un premier temps laisser celle-ci aux portes de la ville, et ensuite marcher tranquillement à pieds.

     

    LAON

     

    Hôtel du petit Saint Vincent

     

     

    LAON

     

    Des rues pavées, des bâtiments anciens côtoient des plus récents...

    une page relatant la première fonction de bâtisses fortes en histoire qu'il ne faut surtout pas oublier.

     

    LAON

     

    LAON

     

     

     Il n'y avait pas grand monde dans les rues ce jour là ...

    il faut dire qu'il faisait encore une fois très très chaud !!!

     

    LAON

     

     

     

    LAON

     

     

    En passant, sous des porches,

    nous découvrons de belles maisons restaurées,

    beaucoup d'édifices religieux

     

     

    LAON

     

     

    Une transition singulière avec le retour permanent à la vie actuelle ...

     

     

    LAON

     

     

    Photos prisent des remparts, où l'on découvert la Cathédrale de Laon,

    à ce moment là, nous ne savions pas que nous allions monter tout là haut !!!!

     

     

    LAON

     

     

    LAON

     

     Voilà une première vue éclatante,

    vue d'en haut !!!

     

      l’Abbaye Saint-Vincent au loin,

    nous n'avons pas eu le temps de la visiter,

    voilà l'occasion de retourner dans cette ville

    LAON

     

     

    La ville basse ressemble à un décor de train électrique ...

     

    LAON

     

     

    LAON

     

    tiens ... et voilà le train !!!

     

    LAON

     

     

     

    Ici le parvis de La cathédrale Notre Dame de LAON

    que nous avons pu visiter ...

     

     

    LAON

     

    Une histoire riche

    Les moments clefs

    L’occupation de la ville haute ne débute qu’avec l’époque gallo-romaine, vers les années 40 à 30 avant Jésus-Christ. Laon n’était pas un chef-lieu de cité à l’époque romaine mais Saint-Rémi de Reims en fit un évêché au tout début du VIe siècle.

    Site défensif reconnu, la ville devient un enjeu stratégique important dès le haut Moyen-Age. Résidence privilégiée des derniers rois carolingiens, ceux-ci y trouvent un refuge dans leur lutte contre les précurseurs des Capétiens.

    Bien que moins fréquentée par les souverains de la nouvelle dynastie, ces derniers n’en continuent pas moins à surveiller de près la cité. Ainsi, Louis VI vient châtier les acteurs de l’insurrection communale de 1112, révolte au cours de laquelle l’évêque est tué par les bourgeois de la ville.

    Endommagée par un incendie, la Cathédrale carolingienne est remplacée par une construction gothique à partir de 1150. La ville atteint alors son apogée.

    Ceinte de puissants remparts, Laon abrite, outre la cathédrale et son quartier canonial, trois grandes abbayes, seize églises paroissiales, deux commanderies, mais aussi le Palais Royal implanté au centre de l’isthme formé par le plateau. Les faubourgs implantés en ville basse ont surtout une activité agricole, fortement tournée vers la production du vin.

    Le pays subit les ravages de la Guerre de Cent Ans, pendant laquelle les Anglais incendient l’Abbaye Saint-Vincent (1359). La Renaissance y apporte son souffle, dont témoignent quelques édifices.

    Les Temps Modernes voient cependant se confirmer un certain déclin amorcé dès la fin du Moyen Age. À la fin du XVIe siècle, la ville paie son attachement à la Ligue, opposée à l’avènement de Henri IV au trône. Le roi, vainqueur, n’hésitant pas à faire raser tout un quartier, ordonne en effet l’édification d’une citadelle pour punir et mieux surveiller les habitants.

    De nombreux monuments sont construits ou remaniés aux XVIIe et XVIIIe siècles, comme le cloître et les bâtiments de l’abbaye Saint-Martin. Plusieurs établissements religieux changent d’affectation lors de la Révolution. L’ancienne Abbaye Saint-Jean accueille ainsi la préfecture du nouveau département de l’Aisne.

    La ville se modernise au XIXe siècle. Le chemin de fer s’y implante en 1857, et ses vocations scolaire et militaire sont renforcées par la construction de nouveaux bâtiments.

    Très touchée par les occupations de 1870 et de la première guerre mondiale, les bombardements de 1944 causent aussi d’importants dégâts. Néanmoins, le cœur historique reste relativement préservé des destructions.

    C’est surtout dans l’après-guerre que les faubourgs se développent et que de nouveaux quartiers sont créés. Ces faubourgs concentrent aujourd’hui la majorité des presque trente mille habitants de la ville et des activités économiques.

     

    mlkùmkùm

     

    « GerberoyLa saint Fiacre »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mercredi 31 Août 2016 à 14:29

    Un beau reportage sur cette ville que tu as pris plaisir à visiter. Merci du partage !

      • Mardi 6 Septembre 2016 à 07:01

        Bonjour Lulu, j'y retournerai surement car je suis loin d'avoir tout vu ... surtout que j'ai découvert une boutique de décos extra !!! Bises

    2
    Mercredi 31 Août 2016 à 19:13

    Je ne connais pas du tout Laon. Je suis déjà passé plusieurs fois à proximité en allant en vacances, mais je n'ai jamais pris le temps de m'y arrêter ! 

    A voir tes photos, j'ai eu tort ! 

    Merci pour la découverte. 

      • Mardi 6 Septembre 2016 à 07:04

        Bonjour Philippe, c'est souvent le cas ... je ne suis pas partie de chez moi cette année, cela m'a permis de regarder plus attentivement ce qui m'entoure ... ainsi j'ai passé quatre semaines intéressantes !!! Bises

    3
    Mercredi 31 Août 2016 à 20:52
    David

    Oh tu étais à moins d'une heure de chez moi !

    J'adore la vieille ville de Laon, on essaye de s'y promener une fois par an

    Bisesss

      • Mardi 6 Septembre 2016 à 07:06

        Coucou David, tu es passé par là quand vous êtes venus chez moi ... tu connais cette boutique de décos près de la cathédrale ? rien que pour ça, je retournerai dans cette ville charmante. Bisous

    4
    evapetitcoeur
    Mercredi 31 Août 2016 à 22:45

    Un lieu que j'ai beaucoup fréquenté dans ma jeunesse, mes parents avait des amis dans cette ville et à Soissons alors ....Bises...Colette

      • Mardi 6 Septembre 2016 à 07:09

        Coucou Colette, Vous êtes plusieurs à connaitre donc cette ville, belle découverte ... nous avons bien l'intention également de faire un petit tour à Soissons !!!. Bisous et bonnes vacances

    5
    Emmanuelle
    Mercredi 31 Août 2016 à 23:28

    Merci Valérie de cette belle visite de Laon c'était un passage obliger sur la route des vacances et à chaque fois  cette veille ville  était pour moi un enchantements vos légendes sont un plus je découvre  un peu plus l'histoire  de cette vile.Belle soirée à vous merci de vos patages

      • Mardi 6 Septembre 2016 à 07:12

        Coucou Emmanuelle, une ville pleine de charme. J'aime ces cités médiévales chargées d'histoires. Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :